Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Pensée radicale

Pensée radicale

Une pensée radicale est une pensée allant jusqu'aux racines des problèmes afin de résoudre ceux-ci


L'AVENIR DU TRAVAIL, TREPALIUM

Publié par A. Paris sur 3 Mars 2016, 17:00pm

Catégories : #Actualités

Le travail au sein du capitalisme n’est pas qu’une servitude et qu’une souffrance s’accroissant au fil de sa crise, des réformes du code du travail et des nouvelles organisations néocapitalistes-néolibérales du travail. Le travail au sein du capitalisme est en train de venir superflu, inutile, obsolète, et chacun d’entre nous avec, puisque nous n’avons droit de survivre au sein du capitalisme que comme producteurs de valeur, comme travailleurs rentables, et que nous sommes chaque jour davantage non-rentables en raison de l’augmentation structurelle (chaque entreprise devant rester compétitive sous peine d’élimination économique) des facteurs de production technologiques, plus rentables désormais qu’une partie croissante d’entre nous. Et ces facteurs de production technologiques ne consommant pas, ils entraînent une diminution de consommation, donc une nouvelle élimination de travailleurs du procès productif, remplacés par de nouveaux facteurs de productions technologiques, ad nauseam. Ad nauseam, avec 61 millions d’emplois supprimés mondialement depuis 2008, 48 % des emplois restants menacés d’ici 2030 (http://lexpansion.lexpress.fr/high-tech/les-robots-vont-ils-prendre-nos-jobs_1548018.html, L'Expansion, 2015), et 80 % dans un « futur proche », d’ici 2040-2050. Un monde capitaliste, de servitude et de souffrance (« travail » vient du latin « trepalium », instrument de torture romain), avec 80 % de chômage, ayant simplement poursuivi sa dynamique de crise et d’élimination structurelle du « travail vivant », c’est ça :

PS : Le patron de Skyrock confirme cette anticipation en écrivant qu’« une majorité [de gens], substituée par [d]es automates, forme[ra] une subsociété effondrée » (Bellanger, Pierre, La Souveraineté numérique, Paris, Stock, 2014).

Il s’agit donc de lutter non pas simplement contre une nouvelle vague de précarisation du travail, un nouvel approfondissement de cette servitude capitaliste, mais de lutter contre un système mortifère qui nous réduit à des travailleurs, à des robots (« travailleur », en tchèque) producteurs de survaleur et de marchandises, au prix d’un asservissement de nos existences et d’une souffrance croissante, et avec comme unique horizon notre obsolescence progressive, avant notre « élimination » (d’une manière ou d’une autre) finale. Sortir du travail et du capitalisme, ou barbarie !

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents