Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Pensée radicale

Pensée radicale

Une pensée radicale est une pensée allant jusqu'aux racines des problèmes afin de résoudre ceux-ci


SPORT DE MASSE, SPORT TOTALITAIRE - AHMED AÏT MOUSSA

Publié par A. Aït Moussa sur 2 Août 2015, 10:18am

Catégories : #Société

SPORT DE MASSE, SPORT TOTALITAIRE - AHMED AÏT MOUSSA

Une des sociologues de l’UFR STAPS reprend l’un de ses étudiants : « Aujourd’hui on ne parle pas de sport de masse, mais de sport pour tous ! » La fédération française de tennis de table ne semble pas avoir reçu la formation largement positiviste des UFR STAPS, oubliant l'intérêt de toujours lénifier ses propos afin de ne pas réveiller la critique. La fédération invitera alors des élèves de CM1 à l’une de ses compétitions sportives de la manière suivante: « Madame, Monsieur, Suite à l’activité « Tennis de Table » pratiquée au sein de son école, votre enfant est convié à participer à la phase « district » de Prim Ping 2015. Cette manifestation sportive de masse se veut amicale et gratuite. […] Je vous remercie de votre attention et vous prie de bien vouloir agréer l’expression de mes plus sportives salutations. »

L’institution sportive pose l’accroissement des performances comme une nécessité. Pour ce faire, elle a besoin d’une masse, d'un amas, entassement d'individus où seule la quantité compte et dans lequel elle pourra modeler son élite productrice de record. Elle s’organise alors pour la création de la masse, entre autre, en investissant les écoles afin d’initier les enfants à la pratique sportive dès le plus jeune âge. La concurrence entre les fédérations faisant rage, les records et performances spectaculaires étant de plus en plus difficile à établir, le processus de sélection de l’élite se voit perpétuellement rationalisé et la masse doit être constituée de plus en plus tôt. La fédération de sport de glace créer sa section « Baby Glace », la Fédération Française d’athlétisme débarque elle avec un « Baby Athlé » etc. Le sport amateur et le sport professionnel sont donc liés de manière contradictoire pour l’accroissement de la performance. La masse, catégorie centrale du capitalisme, est également ce bois qui va permettre au foyer de l’institution sportive de s’étendre et de s’intensifier. (Vassort)

Au travers de cette masse, le sport propose donc lui aussi sa vision totalitaire du monde, or "le totalitarisme ne tend pas vers un règne despotique sur les hommes, mais vers un système dans lequel les hommes sont superflus." (Arendt) Une vision où tout ce qui de la masse et de l’élite ne peut être assimilé au système, à la production et à l’accélération des performances, doit être détruit. Cette chair à canon doit donc répondre au principe de rendement ou mourir et le football n’y fait, par exemple, pas exception :"Cela fait déjà quatre ou cinq ans que la situation se détériore, et c’est pire en pire chaque année. On ne prend plus en compte la carrière d’un joueur. Nous sommes traités comme de la viande, les propositions de salaire sont de plus en plus basses et font parfois très peur. Mais il y a tellement de joueurs sur le carreau, que si vous refusez, ce n’est pas un problème, ils prendront quelqu’un d’autre."[1] L’institution sportive tend donc vers la création d’une masse toujours plus grande d’individus, non pas pour "démocratiser" le sport, ou pour la santé des français, mais en vue de son autosatisfaction et d’une domination toujours plus grande des difficultés liées à la production de nouveaux records sportifs, peu importe si cela mène à la superfluité des hommes.

[1] http://eurovisions.eurosport.fr/football/serie-a/2015-2016/serie-a-y-a-t-il-trop-de-footballeurs-en-italie_sto4829412/story.shtml

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents