Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Pensée radicale

Pensée radicale

Une pensée radicale est une pensée allant jusqu'aux racines des problèmes afin de résoudre ceux-ci


LA FACE CACHÉE D'HIROSHIMA (DOCUMENTAIRE), 70 ANS APRÈS

Publié par A. Campagne sur 17 Juin 2015, 16:13pm

Catégories : #Actualités

« La face cachée d’Hiroshima » revient sur l’équivalent étasunien d’Auschwitz et du Goulag, c’est-à-dire l’extermination nucléaire « non-nécessaire » des centaines de milliers d’habitants d’Hiroshima et de Nagasaki.

Hiroshima est l’aboutissement du Projet Manhattan, lui-même fruit de l’alliance d’une (techno)science moderne intrinsèquement capitaliste parce qu’abstractifiante (abstraction des êtres singuliers, représentés sous forme d’amas d’atomes), totalitaire (l’Univers étant une entité unique gouvernée par des « lois » totalitaires) et mathématique (représentation des lois physiques sous forme d’équations mathématiques) comme lui (l’argent faisant abstraction des qualités singulières des « valeurs d’usage » qu’elle représente et constituant une totalité arithmétique) ; et du capitalisme techno-industriel étatique (concrètement, de Du Pont et du Pentagone).

Le Projet Manhattan est, en effet, produit de l’aboutissement d’une dynamique scientifique hautement abstraite, totalisante et mathématisée (physique atomique, physique quantique) et d’un gigantesque effort financier de l’État militaro-capitaliste étasunien. L’objectif, au croisement de cette double dynamique capitaliste mortifère, est de construire une bombe surpuissante et d’en maximiser l’effet destructeur – en termes de quantité de morts – de celle-ci. Le « monstre froid » étatico-capitaliste étasunien doit, en effet, justifier de l’investissement gigantesque du Projet Manhattan auprès du Congrès et des citoyens américains, mais surtout montrer aux autres « monstres froids » (russe, notamment) qu’il est surpuissant. La science capitaliste mortifère, elle, doit également rendre des comptes, mais surtout montrer qu’elle est capable du seul fait d’une recherche physique "capitaliste" fondamentale (aux visées militaro-technologiques, certes) de générer des effets de puissance inédits, qu’il s’agit de maximiser in situ en termes de quantités de morts aux moyens de sordides calculs (hauteur « optimale » de l’explosion, par exemple).

La rationalité capitaliste d’une production maximale de quantité de valeur devient ainsi production maximale de quantité de morts (simples « abstractions réelles » du point de vue du complexe scientifico-militaro-industriel de l’État capitaliste étasunien), comme dans l’Holocauste (Modernité et Holocauste, Zygmunt Bauman) et dans l’épuration stalinienne. Hiroshima, crime contre l’humanité qualifié de « révolution scientifique » dans Le Monde, n’est ainsi que l’aboutissement tragique du capitalisme industrialo-scientifique.

A. Campagne (avec Jean-Marc Royer comme source principale)

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents