Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Pensée radicale

Pensée radicale

Une pensée radicale est une pensée allant jusqu'aux racines des problèmes afin de résoudre ceux-ci


UNE AUTRE ALIMENTATION : SANTÉ, ÉCOLOGIE, ÉTHIQUE

Publié par L. Rodriguez & A. Campagne sur 18 Février 2014, 09:06am

Catégories : #Écologie-Agriculture

L'alimentation biologique

Principales ressources sur l'alimentation industrielle et ses conséquences sanitaires et écologiques :

Documentaires :

- Food.inc

- We feed the world (conséquences sociales également abordées)

- Notre pain quotidien (documentaire sans commentaires)

- Super size me (sur l'impact sanitaire du fast food)

Articles :

Faudra-t-il bientôt manger cinquante fruits et légumes par jour ? (sur l'importante perte de nutrition des aliments)

L'agriculture de destruction massive. Les conséquences sociales et écologiques de l'agriculture intensive (brochure)

La mort des sols, une menace planétaire : l'agriculture et l'élevage industriel, assassins du sol nourricier.

Les pesticides jusqu'à "mille fois plus toxiques" qu'annoncé selon une étude du professeur Séralini

Ouvrages :

- Pesticides : Révélations sur un scandale français de Fabrice Nicolino

- Le livre noir de l'agriculture d'Isabelle Saporta

- Notre poison quotidien de Marie-Monique Robin (aspect sanitaire uniquement)

- Toxic Food de William Reymond (aspect sanitaire uniquement)

- Santé, mensonges et propagande de Thierry Souccar (aspect sanitaire uniquement)

- Vive la malbouffe, à bas le bio ! (dossier du Canard enchaîné)

Principales ressources sur l'alimentation biologique et ses bienfaits sanitaires et écologiques :

Documentaires :

L'alimentation bio est-elle plus saine ?

Les moissons du futur (sur l'agriculture biologique)

Articles :

Nous renvoyons à notre article sur Marie-Monique Robin,et à celui sur l'agriculture naturelle ou permaculture.

Ouvrage :

Manger bio, c'est mieux ! Nouvelles preuves scientifiques à l'appui (ouvrage collectif)

 

L'alimentation végétarienne

L'alimentation végétarienne repose sur trois arguments piliers.

L'argument éthique : La création artificielle, l'élevage intensif et l'abatage en chaîne1 créent un génocide industriel de dizaines de milliards d'animaux chaque année. L'élevage artisanal est une forme d'exploitation et d'assassinat atténuée mais également condamnable.

L'argument sanitaire : L'alimentation végétarienne évite de nombreux problèmes sanitaires (maladies cardio-vasculaires, cancer de l'intestin, diabète de type II) liés à l'alimentation carnée en elle-même et au gavage des animaux d'élevage. De plus, elle est parfaitement saine et sans carences : "Les régimes végétariens menés de façon appropriée sont bons pour la santé, adéquats sur le plan nutritionnel et sont bénéfiques pour la prévention et le traitement de certaines maladies." (Association Américaine de Diététique - rapport en bas de l'article).

L'argument écologique : 16 000 litres d'eau (contre 700 litres pour un kilo de pommes), 250 m², voilà ce qu'il faut pour produire juste un kilogramme de bœuf industriel : l’élevage industriel représente une énorme part de l’utilisation d’eau (avec l’agriculture intensive, 70 %), 60-70 % des terres arables (sur une surface égale, on peut produire 1 kg de viande, 160 kg de pommes de terre, 200 kg de tomates ; des terres arables qu’elle détruit chaque année, soit directement à cause du surpâturage, soit indirectement via l’agriculture industrielle pour produire sa nourriture : 0,5 % des terres arables « meurent » chaque année mondialement, soit 1/5ème du territoire français, en grande partie à cause de l’agriculture industrielle et de l’élevage industriel) et 60 % des céréales produites (alors que son rendement énergétique est de 1 kg pour 5 à 10 kg de végétaux ; d’une calorie pour 7 calories de céréales ; et d’une protéine pour deux protéines de soja). L’élevage intensif à l’origine de pollutions massives (ayant pour conséquence, entre autres, l’eutrophisation et des pluies acides) et surtout de 18 % des rejets de gaz à effet de serre. L’exemple de l'Amazonie, en termes de conséquences désastreuses sur l’environnement de l’élevage industriel, est particulièrement saillant : celle-ci a été détruite à 40 % au cours des 40 dernières années, principalement (entre 75 et 90 %) pour l'élevage intensif (pâturages et champs de soja pour l'alimentation du bétail).

Post-Scriptum : Les cultures OGM sont interdites en France, mais 80 % du soja utilisé dans l'élevage en France est du soja OGM. Une autre bonne raison d'arrêter son alimentation carnée ...

 

Principales ressources sur la réalité de l'élevage industriel et ses conséquences éthiques, environnementales et sanitaires :

Documentaires :

Earthlings (ensemble des formes d'exploitation, de torture et d'extermination des animaux, pas seulement dans l'élevage)

Le jugement du spécisme (court métrage mettant en scène de manière théâtrale un procès de la consommation de viande)

Les nouveaux végétariens (enquête sur les végétariens en Allemagne)

Article :

Impact des modes alimentaires sur l'environnement et la disponibilité alimentaire mondiale

Ouvrages :

Bidoche. Comment l'industrie de la viande menace le monde de Fabrice Nicollino

Les ouvrages de Peter Singer, philosophe australien

Un éternel Treblinka de Charles Patterson (réflexion philosophique sur l'holocauste animal en parallèle avec l'holocauste juif)

La révolution végétarienne de Thomas Lepeletier, philosophe français.

 

L'alimentation végétalienne

Le végétalisme consiste à supprimer de son alimentation l'ensemble (ou la plupart) des produits issue de l'exploitation animale (lait, produits laitiers, œufs...). Les raisons éthiques de ce choix alimentaire (volonté de rompre totalement avec l'exploitation animale) ont été évoquées dans les documentaires de la section précédente sur le végétarisme, nous développerons donc ici l'aspect sanitaire.

Les produits laitiers, contrairement à ce qu'on croit, favorisent l'ostéoporose (manque de calcium osseux), ce qui en fait un aliment néfaste y compris ce pour quoi il est vanté comme nécessaire (l'apport en calcium). Pour s'en convaincre, on lira avec attention Le rapport Campbell ou L'enquête Campbell, plus grande étude nutritionnelle jamais réalisée et Lait, mensonges et propagande de Thierry Souccar (membre de l'American College of Nutrition). Enfin, on visionnera cette vidéo d'un diététicien français.

En conclusion, selon l'Association Américaine de Diététique (rapport en bas de l'article) : « Une alimentation végétalienne bien planifiée et  les autres types d’alimentations végétariennes sont  appropriés à toutes les périodes de la vie, y compris la  grossesse, l’allaitement, la petite enfance, l’enfance, et  l’adolescence. »

 

L'alimentation crudivore

 

L'alimentation cruvidore consiste à manger des aliments vivants (c'est pourquoi on l'appelle également "alimentation vivante"), donc non-cuits et sans gluten. La cuisson tue en effet l'essentiel des nutriments. Le gluten est quant à lui responsable de l'accumulation de toxines dans notre système digestif. L'alimentation crue donne au corps d'avantage d'énergie, détoxifie et fait perdre moins d'énergie lors de la digestion. De nombreuses maladies, nécessitant aujourd'hui des traitements plus ou moins lourds, sont guéries par cette alimentation (allergies, diabète de type II, obésité, cardio-vasculaires...).

"Que ton alimentation soit ta seule médecine" Hippocrate.

Documentaires :

Les carottes sont crues (présente les différents avis sur le crudivorisme)

Journal d'une transition alimentaire (récit d'une transition d'une alimentation conventionnelle à une alimentation crudivore, par un homme ayant ainsi considérablement réduit ses allergies)

Irène Grosjean ou la vie en abondance (naturopathe, crudivore depuis 50 ans, et en pleine forme : Irène explique l'alimentation vivante)

Gros, malade et presque mort (récit d'un australien décidé à soigner son obésité en se nourrissant exclusivement de jus)

Article :

Quand un médecin se convertit à l'alimentation vivante... pour raisons de santé

 

1 Les animaux d’élevage, souvent engendrés « artificiellement » (par exemple, par insémination artificielle des vaches laitières), dès qu’ils naissent, sont séparés (veau arraché à sa mère, par exemple, à l’image de l’utopie platonicienne de La République), parfois même éliminés (à l’instar des poussins mâles). Ils sont ensuite gavés de produits chimiques (ce qu’il y a de moins cher en termes de rendement calorifique : parfois même du dentifrice !) et parfois même de farines animales (qui se retrouvent ensuite dans notre assiette), dans des conditions de vie déplorables, ce qui entraîne un effondrement immunitaire rapide (maladies cardio-vasculaires, cancers généralisés, ect), compensé à grands renforts d’antibiotiques (qui se retrouvent également dans notre assiette). Ceux qui ont survécu à l’horreur (trois poules sur quatre en France vit dans 600 cm2, c’est-à-dire l’équivalent d’une feuille A4, au milieu des déjections de ses congénères, dans un état d’extrême faiblesse et de stress énorme) sont ensuite emmenés à l’abattoir dans des conditions de transport pire que celles des trains convergeant vers Auschwitz (énormément d’animaux meurent au cours du transport, tellement faibles qu’ils en viennent à s’effondrer et à être piétinés à mort par d’autres compagnons d’abatage affolés). L’abattage se fait ensuite de manière particulièrement ignoble.

 

Le rapport de l'Association Américaine de Diététique sur l'alimentation végétarienne/végétalienne

UNE AUTRE ALIMENTATION : SANTÉ, ÉCOLOGIE, ÉTHIQUE
UNE AUTRE ALIMENTATION : SANTÉ, ÉCOLOGIE, ÉTHIQUE
UNE AUTRE ALIMENTATION : SANTÉ, ÉCOLOGIE, ÉTHIQUE

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents